• Séchoir
  • vue droite du séchoir
  • Ruche panier
  • arretons le carnage
  • Le panier est sous la carcasse en bois
  • Un des rucher sur la commune de dixmont
  • Un des rucher sur la commune de dixmont
  • Un des rucher sur la commune de dixmont
  • Un des rucher sur la commune de dixmont
  • Un des rucher sur la commune de dixmont
  • Un des rucher sur la commune de dixmont
  • Commune de La ferté loupière
  • Commune de La ferté loupière
  • Dicy
  • Un des rucher sur la commune de dixmont

La Ruche des sens

Miel, Plantes Aromatiques et Médicinales, Produits dérivés

          Les produits proposés par la Ruche des Sens sont issus d'une étroite relation avec les écosystèmes Icaunais. La production, la cueillette des plantes aromatiques et médicinales et la récolte du miel se font dans des conditions optimales et naturelles qui respectent l'intégrité des produits. Ces procédés garantissent la qualité de la gamme proposée. Seul un petit nombre de plantes difficiles à produire (Verveine, anis vert) dans notre région proviennent de producteurs de confiance affichant une certification AB contrôlée par Ecocert.

Pourquoi le Bio?


        
C'est pour le consommateur et moi c'est la marque d'une agriculture qui se dirige vers un enrichissement des relations entre nous et notre écosystème, une agriculture moderne respectueuse et "généreuse".

Le bio est loin d'être un modèle parfait, mais c'est pour moi, l 'agriculture industrielle la plus saine.

La taille de l 'exploitation, des parcelles sont souvent bien trop importantes pour maintenir une biodiversité cohérente dans nos écosystèmes. L'exploitant agricole éblouis par le chiffre et par l'affûtage économique de son exploitation, oublie le lien positif, souvent gratuit qu'il se doit d'entretenir envers son écosystème. Et cela ne consiste pas seulement à élever et nourrir du gibier, des truites...

         Le bio ne peux garantir pas le fait qui n'y a pas de pesticides dans le produit proposé (ils sont déjà partout l'air, l'eau..), mais il garantit que l'agriculteur, l'apiculteur n'utilise pas de phytosanitaires. (Cependant ils peuvent dans des cas particuliers en faire usage, le cahier des charges AB en autorise certains)

          Ainsi par exemple, pour l'apiculture, pour combattre le varroa (petit parasite de l'abeille) je n'utilise pas de produit phytosanitaire tel que l'amitraze, Apivar, Apistan... mais plutôt des molécules naturelles; thymol, acide formique, acide oxalique. 

          Toujours pour l'apiculture, pour limiter la présence de pesticide dans le miel, la ou il y a du colza conventionnel, le miel de printemps est déclassé, la ou il y a présence de tournesol, sarrasin en conventionnel le miel d'été est déclassé.  Présence à trois kilomètres autour de la ruche.

          Je dois m'acquitter de 700 euros par ans de certification. Montant qui chaque année augmente. Tandis que nos amis utilisateurs de pesticides divers ne souffrent d'aucune taxe significative, à la hauteur de leurs destructions.

Les pesticides ; résidus, métabolites simplifient, polluent, intoxiquent et donc fragilisent considérablement nos écosystèmes; nos rivières, nos talus, nos haies, nos forets : Moins d'espèces animales et végétales en quantité et en qualité. C'est un Ecocide.

Ainsi quelques années plus tard, le citoyen vivant dans un milieu fragile et pollué payera les médicaments nécessaires pour maintenir son état de santé, celle de ses animaux, de ces plantes qui le soutienne depuis ces début.
Ce sont les mêmes laboratoires qui nous fournissent les pesticides et les médicaments ?? N'y aurait-il pas un conflit d'intérêt? Ce sont des organismes a but lucratif qui gère la vie, la maladie et la mort?

          De plus le système étant simplifié (moins d'espèces, d'auxiliaires), la capacité de réponse aux agressions extérieures (Parasites, bactéries, pestes végétales ou animales...) est moindre, voir inexistante. La compétition saine fait place peu à peu à une guerre inter-espèces, toujours au bénéfices de ces mêmes laboratoires.

La santé de notre biomasse Terrestre, de l Homme n 'est pas un buiness, la rentabilté dans ce domaine ne peut pas être poussé jusqu'à ses extrêmes.

Un agriculteur doit accompagner la vie, en prenant en compte les limites de l'écosystème, travailler pour une forme de biodiversité généreuse, saine et salvatrice, même si cela parait moins rentable au premier abord. Il se doit assurer une protection végétales diversifié au sein de ses parcelles (corridor écologique, Haies, agroforesterie...), laisser une part de soleil pour le futur. Cette armure verte permettra d'affronter au mieux les changements à venir.

Il faut apprendre à produire et protéger

   L'Avenir?
         La biodiversité s'écroule, et l'Homme armé de sa technologie sera en guerre à la fois contre sa planète et contre sa Nature².

L'écologie ne pourra triompher tant que l'espèce humaine n aura pas pris conscience de sa place et sa fonction. Depuis la découverte du feu l'homme moderne fort de son intelligence a réussit à exploiter de nombreux gisement d'énergie. Ainsi en plus de manger des plantes et d autres accumulateurs d'énergie solaire, il consume aussi du soleil grâce à d autres sources d'énergie fortement concentrées (charbons, pétrole, gaz..)

Dans cette frénésie énergétique, l 'Homme est naturellement éblouis; c 'est un "power addict".

Tel le gorille tapant sur son torse, l'humain utilise tout les symboles d énergie à sa disposition (Feu, Cheval blanc, grosse voiture, avion, richesses diverses..) pour séduire et dominer ses homologues.

L'écologie et même le féminisme ne peut s'épanouir dans un monde ou chacun cherche sans conscience à accumuler coûte que coûte un maximum de richesse. Seul le réveil de la conscience de nous-même et/ou des gardes fous peuvent rétablir un futur viable. L'électricité et l'énergie humaine ne peuvent pas à eux seuls établir des conditions pérennes pour l humanité, je pense.

                Il est plus que temps pour nous, de reconsolider nos interactions entre toutes les espèces, pour la cohérence et la résistance de notre monde. Il est plus que tant de créer de la vie à la hauteur de nos destructions et d'arrêter tout ses gaspillages.

Créons à l'excès, Complexifions à outrance, Consumons modérément et faisons de notre galaxie un magnifique jardin cosmique

J.G